Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2012

au début, il y a la route

 
Scan10132.jpg1 au début...jpgMes premiers voyages "sans-les-parents" remontent aux années 70. J'ai alors une quinzaine d'années. Mais c'est beaucoup plus tôt encore que s'est révélé à moi, cet irrésistible amour pour la route. Tout gamin, je ne loupe jamais une occasion de grimper dans la voiture familiale, quelque soit le prétexte : raccompagner un parent en visite dominicale ou aller faire des courses.

Plus encore à jouer au pilote, calé sur la banquette arrière avec un couvercle de casserole entre les mains, j'aime perdre mon regard sur les décors qui défilent. Tous ces lieux inconnus qui se dévoilent juste le temps d'un croisement ou d'un feu rouge. Tous ces étrangers que je ne verrai qu'une seule fois dans ma vie. Avec lesquels je serai toujours d'accord.

a.jpg
Partir... Non pas pour fuir, mais pour découvrir. Pour se sentir libre dans l'espace, puis, beaucoup plus tard, dans le temps. Lors d'un séjour dans la brousse, en Afrique occidentale, là où commence cette histoire, j'ai même pu oublier à quel mois de l'année j'étais ! Un vrai délice. Un bonheur partagé avec tous ceux qui ne se suffisent pas des modes et des certitudes. Avec tous ceux pour qui la liberté de vivre pleinement et humblement le présent, prévaut sur les perspectives d'avenir et les rendez-vous urgents.
aa.jpg
Lors de ce séjour au Sénégal, qui durera près de 3 années, nous rédigions quotidiennement un petit livre de bord rempli de dessins et d'illusions. La page suivante en est extraite. Ce n'est pas la plus belle, mais c'est la seule où apparait ma première maison à roulettes...

aaa.jpg
Déjà, y figurent les montages de photos avec des dessins...
aaaa.jpg
aaaaa.jpg
Tourner à gauche ? A droite ? Partir à la montagne, à la mer ? En ville ? A la campagne ? En France ? A l'étranger ? Ecouter du rock ou du classique ? Manger maintenant ou plus tard ? Pendant longtemps j'ai pensé que la liberté c'était de vivre seul. Sacha Guitry disait à propos du couple: "Quand on s'aime on ne devient qu'un seul. Mais lequel ?"

Les commentaires sont fermés.